le 07 mars 2022

La SÉO et ses partenaires annoncent la venue d'un Salon virtuel du recrutement

OTTAWA — Alors que la pénurie de la main-d’œuvre se fait de plus en plus sentir dans divers secteurs de l’économie, le Salon virtuel du recrutement se veut une belle occasion pour employeurs et futurs employés de tisser des liens.

Le 31 mars prochain, de 9h à 18h, nouveaux arrivants et employeurs sont conviés à ce grand rendez-vous initié par la Société Économique de l’Ontario (SÉO) et le programme ProAction, en partenariat avec le Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM), la Société de développement économique de la Colombie-Britannique (SDECB) et le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE Canada).

« Lors de cet événement, les nouveaux arrivants pourront découvrir les occasions qui s’offrent à eux dans les secteurs du tourisme, des loisirs, de l’hôtellerie, de la restauration, de la santé, de la cybersécurité, de l’audiovisuel et de la construction, a expliqué Adra Berezintsev, gestionnaire du programme ProAction à la SÉO. Ils pourront rencontrer des recruteurs des secteurs visés des provinces de l’Ontario, du Manitoba et de la Colombie-Britannique. »

Deux conférences sont prévues dans le cadre de cet événement. À 10h, l’expert-conseil Martin Lacelle prononcera une allocution qui portera sur l’aménagement de territoires face à un marché de visiteurs. Et à 14h, un représentant de Deloitte parlera des occasions d’emploi au Canada.

Pour s’inscrire au salon, rendez-vous à emploisaucanada.com.

Le programme ProAction a été mis sur pied l’an dernier par la SÉO et ses partenaires. Il permet aux nouveaux arrivants d’acquérir une première expérience de travail canadienne dans leur domaine d’expertise, avec l’appui d’un mentor désigné par l’employeur qui l’aidera à apprendre son métier et à bien intégrer son nouveau milieu de travail en sol canadien.

Quant aux employeurs, ils profitent de l’expertise de la SÉO, du CDEM et du SDECB en plus d’obtenir une subvention salariale pendant les 16 premières semaines du contrat de l’employé.

« Alors que les besoins en main-d’œuvre qualifiée sont de plus en plus criants, de nombreux nouveaux arrivants peinent à intégrer le marché du travail canadien, même s’ils possèdent les formations et compétences appropriées, a ajouté Mme Berezintsev. De plus en plus, les entreprises canadiennes qui cherchent de la main-d’oeuvre spécialisée dépendent de l’immigration pour combler leurs besoins. Ce programme permet de faciliter l’intégration des nouveaux arrivants bilingues dans les milieux de travail ontariens, britanno-colombiens et manitobains. »

Pour de plus amples renseignements sur ProAction, consultez cette vidéo.

 

Pour de plus amples renseignements ou pour une demande d’entrevue :

François Legault
Gestionnaire des communications
Société Économique de l’Ontario
communications@seo-ont.ca